Ma liiiiife

Handicapée ?

J’ai vu ma psychologue aujourd’hui et elle m’a dit à quel point j’étais courageuse, bien plus courageuse que les gens “normaux”. Elle n’a pas parlé comme ça mais c’est ce que ça voulait dire. Et ça m’a fait vachement de bien. Elle a parlé aussi du handicap.

Je suis handicapée. Je l’aime bien, elle n’a pas peur de mots. Je ne me vois pas handicapée mais tout le monde me dit que j’ai changé. Je parle moins vite, je bouge moins vite. Je suis sous tercian et mon tour de taille témoigne du fait que ça m’a changé.

Tout est plus doux avec le tercian, mes émotions sont amoindries. Une amie m’a dit que je n’étais pas la même, que ça se voyait que j’étais sédatée tout comme un moniteur d’auto-école. On me trouve un peu molle aussi. La vie m’a donné ce défi d’être handicapée psychique tout en étant au travail.

Ma psychologue a dit que ça prendrait peut-être plus de temps que les autres mais j’allais y arriver. Et c’est vrai, je vais réussir. Je tiens à garder mon état d’esprit de battante, de guerrière. La vie n’attend que moi.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Ma liiiiife

Je suis fat et ça vous pose un problème ?

J’ai posté sur les sites de rencontres, une photo de moi, sans me vanter, vraiment belle. A cette époque, j’étais en train d’attendre le bus pour aller au travail, on était au printemps 2017 et la vie était belle. Maintenant j’ai changé, j’ai enflé des joues, du ventre et des hanches.

J’étais déjà en petit surpoids avant mais je pense qu’on peut dire maintenant que je suis en surpoids tout court. Je suis fat, je fais du 46, probablement qu’avec les médicaments, je vais monter au 48. On m’a fait remarqué en riant, que j’étais grosse et qu’il fallait que je me mette à la gym car j’avais le souffle court.

Une autre caractéristique des médicaments de psychiatrie, vous avez le nez bouché. Bref, la remarque n’était pas méchante, plutôt taquine mais je l’ai mal pris. Pourquoi donc ? Car j’ai dû mal encore à accepter mon état et tout ce que ça implique.

Je ne suis plus cette fille souriante et bien proportionnée. Je suis maintenant cette fille qui a passé une deuxième séjour en psychiatrie et qui doit vivre avec ces troubles psychiques. Je ne suis plus cette fille qui rêve de Strasbourg mais cette fille qui se demande si c’est une bonne idée de partir loin de ses parents si c’est pour retourner à l’hôpital encore.

Je ne suis plus cette fille qui va au sport pour décompresser, je suis cette fille qui se demande si elle va prendre plus de poids que prévu. Je suis cette fille qui sait pertinemment qu’elle ne sait pas faire attention à ce qu’elle mange car elle adore manger. J’aime la bouffe.

Je suis en triste car je dois composer avec un nouveau moi… Je suis triste car je me suis battue depuis toute jeune pour sortir de ma condition d’enfant maltraitée et je découvre que malgré ma volonté, il y a un prix à payer. Celui des troubles psychiques. Aujourd’hui ça ne va pas fort. Ça ira mieux demain. N’oubliez pas que derrière chaque apparence se cache une histoire dont vous n’avez pas idée.

Rendez-vous sur Hellocoton !