Petite quantité.

Petite quantité.

 

Ca fait maintenant plus d’un mois que je suis rentrée en formation et je dois dire, que c’est comme partout, au début, c’est tout beau, c’est tout rose et ensuite on découvre la vraie personnalité des gens. En fait leur problème n’étant pas tellement leur personnalité mais plutôt comment faire coexister nos deux personnalités ensemble.

Heureusement nous sommes des adultes mais je prends sur moi et ça a pour but de déclencher chez moi de l’angoisse. Je ne sais pas trop si c’est parce que je suis fatiguée, si c’est parce que ça fait plus d’un mois que je n’ai pas vu ma psy et mon psychiatre mais voilà l’angoisse est revenue en petite quantité.

Je remarque aussi que mon hypersensibilité est revenue car j’ai tendance à prendre les choses un peu plus personnellement que d’habitude. En fait, je me sens redevenir moi, j’ai aussi un peu de colère qui revient. Mais ça me fait du bien de me retrouver moi même si je suis toujours plus détendue et que je plane parfois à 1000.

Angoissée…

Angoissée…

L’angoisse m’avait laissé du répit. J’étais bien, j’étais optimiste. Je voyais l’avenir d’un bon oeil. Mais maintenant tout a bousculé. L’angoisse est revenue depuis deux jours. J’ai repris quasiment mon traitement comme à son initial pour ne pas rebasculer totalement.

Je ressens de l’angoisse, les pensées pas cools sont là. J’ai peur de l’avenir. J’essaye vraiment de dépasser tout ça. Vais-je y arriver ? Je me demande si je ne devrais pas demander l’AAH et l’invalidité. Mais en même temps qu’est-ce que ça me manque de travailler!

Je ne vais pas aller à la formation dont je vous ai parlé dans mon précédent article, ça ne me donnera pas de diplôme satisfaisant. Jeudi, je rencontre un responsable en informatique et je vais lui parler des formations. Si je ne peux avoir aucune formation gratuite en informatique, c’est décidé, je demande une formation dans la restauration.

La peur du vide.

La peur du vide.

J’angoisse. Je me suis réveillée ce matin et j’étais angoissée. Je ne sais pas comment vous exprimer comment se manifeste mon angoisse. C’est moins qu’une douleur et plus qu’une gêne. Je pensais en être débarrassée mais elle est réapparue après que j’ai repris le travail lundi.

J’angoisse de ne pas en retrouver un autre. J’ai envie de rendre mon appartement mais mes parents s’y opposent. Où irai-je ? Les mois de chômage prévus me rassurent sans me rassurer. J’ai peur d’avoir trop peu. On peut vite se retrouver dans la mouise.

Les factures pleuvent et heureusement je peux gérer (pour le moment). Je ne supporte plus d’être seule. J’angoisse et j’ai espoir que ça aille mieux.

J’essaye d’arrêter de me créer ma propre angoisse.

J’essaye d’arrêter de me créer ma propre angoisse.

vert

L’angoisse est comme un poison qui s’infiltre. Vous croyez avoir l’esprit tranquille mais l’angoisse réapparaît subrepticement. Je vais vous donner un exemple de mon angoisse actuelle. Allez aux toilettes avant, vous allez être pliés de rire !

J’ai cassé un miroir mercredi et les 7 ans de malheur je n’y crois pas forcément mais en même temps c’est la première fois que j’en casse un. Je dois dire que la semaine a été riche en petits tracas de toute sorte et mon esprit associe ça au miroir.

Pour mes autres angoisses, j’arrive à les calmer par des éléments rationnels, je me raisonne mais celle-ci est irrationnelle au possible alors j’angoisse. Ma copine croit aux 7 ans et j’ai demandé à une pote de me rassurer mais les tracas continuaient.

fleurs

Je suis tellement pathétique que j’ai même jeté du sel au-dessus de mon épaule gauche (deux fois) et j’ai lu également qu’il fallait réparer un miroir brisé sauf que je n’ai plus le miroir.

C’est clairement n’importe quoi sauf qu’il n’y a aucune réponse rationnelle à cette angoisse de supporter des choses insupportables. Je vais partir de chez moi et je crois que ma peur profonde est de retrouver d’autres problèmes complexes et invivables. Tout ça à cause d’un miroir. Si vous avez des conseils… bon week-end ! 🙂

NON, je ne replongerai pas.

NON, je ne replongerai pas.

tournesol

Vendredi après-midi, j’ai fait une crise d’angoisse au travail. Je ne l’ai pas vu venir mais elle était bien là, tapit dans l’ombre. Ça fait déjà quelque temps que je suis stressée mais je sens depuis cette crise que je suis angoissée.

Je ne sais à vrai dire pas pourquoi, la vie familiale est toujours ce qu’elle est mais j’ai connu tellement pire, la vie privée est au top, la vie professionnelle était parfois un peu compliquée mais pas insurmontable, globalement ça va. Je ne sais pas pourquoi je suis angoissée.

Je sais également que je dors très mal, que c’est une catastrophe. Je prends pourtant des médicaments pour dormir aux plantes mais j’attends deux semaines et je vais demander un rendez-vous chez le médecin.

montage bele

Bien que je n’ai aucune envie de reprendre des médicaments chimiques. Est-ce que mon mental digère à sa façon tout ce qu’il s’est passé cette année ? Les ruptures amicales, les rendez-vous manqués, le boulot pas toujours simple ?

J’ai bien conscience que l’angoisse n’est pas une chose anodine mais je refuse de me limiter à ça. NON JE NE REPLONGERAI PAS EN DEPRESSION. Ma vie à changer sur tous les plans : pro, amoureux, spirituellement. Je ne vais pas détruire tout ça.

aérosol

Je vais tâcher de prendre soin de moi, d’écouter mon corps, d’écouter mes limites également mais j’ai décidé que NON, il n’était pas question que je rebascule du côté obscur.

Je refuse d’avoir des pensées noires à nouveau, de retomber dans le cercle vicieux que j’ai longtemps connu. C’est fini et ça ne reviendra pas. JE LE DECIDE. Je poursuivrais le chemin de la joie, de l’amélioration de soi en tâchant de comprendre pourquoi je suis angoissée avec optimisme et en train. Je suis une guerrière bordel de merde. Comment vous avez fait pour lutter contre les angoisses ou le stress ? La bonne soirée à vous.