Ma liiiiife

Le travail un lundi.

Je lis plein de posts de gens qui se plaignent du lundi pour le travail. Je dois avouer que je ne comprends pas trop car j’ai toujours aimé travailler. J’avoue que mon expérience est très mince, moins d’un an sur le même poste mais elle compte quand même!

Le week-end passait très vite mais j’étais contente de reprendre le travail. Depuis que j’étais au chômage, le temps passait lentement, très lentement. Je ne sais pas comment font les gens pour s’occuper, personnellement je faisais vite le tour de mes activités! Heureusement qu’il y a eu la garantie jeunes pour m’occuper.

Je me souviens d’un travail comme du plaisir et surtout les jours passaient vite! J’ai tellement hâte de retravailler, d’avoir des buts dans la journée! De connaître des collègues, de sympathiser avec certains, d’en aimer moins d’autres.

Nous sommes des produits interchangeables mais ça ne veut pas dire que nous n’avons pas de valeur! Et je sais que j’ai de la valeur. Je suis bosseuse, je suis polyvalente et j’ai l’esprit d’équipe. J’ai des choses à faire valeur sur le marché du travail !

Je m’active pour chercher des formations et je vais me battre pour entrer en formation à la rentrée! Il est hors-de-question pour moi de rester dans ma léthargie et j’espère pouvoir déménager à Besançon ou à Strasbourg pour faire mes formations. J’ai la furieuse envie de me battre.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Ma liiiiife

J’y crois.

Ma mère est partie voilà deux semaines et pourtant je suis bien. Hier, j’ai regardé un documentaire sur des personnes qui avaient vécu le suicide d’un proche et forcément j’ai pensé au suicide, ça dit à quel point je suis fragile.

J’ai foi en l’avenir. Je sais qu’être éducatrice n’était qu’une étape et je suis impatiente de voir ce que me réserve la suite. J’espère en septembre attaquer une formation et pouvoir ensuite chercher du travail. J’en ai tellement besoin pour mon équilibre!

A cet instant précis, j’ai confiance en la vie. J’aimerai déjà être en 2019! La vie est un perpétuel remous auquel il faut faire face et je suis en train d’acquérir les armes nécessaires!

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Ma liiiiife

Ce que je pense de la garantie jeunes.

Coucou tout le monde, j’espère que vous allez bien! Comme vous le savez déjà, je suis en garantie jeunes. Mais au fait c’est quoi la garantie jeunes ?

C’est la mission locale où tu as 4 semaines de collectif et le reste doit se faire en stage. Pendant ses 4 semaines de collectif, nous rencontrons des professionnels, nous parlons du budget, du logement et de la mobilité. On refait aussi sa lettre de motivation et son CV.

Je regrette que ça ne soit pas plus renforcé que ça. J’ai préféré l’e2c pour son suivi. Là on est vraiment autonome ce qui peut parfois être déroutant. Il ne me reste qu’une semaine de collectif et je suis impatiente que ça se termine car après j’ai mon atelier orientation! La garantie jeunes c’est bien mais si vous voulez quelque chose de plus structuré, je conseille l’e2c!

Rendez-vous sur Hellocoton !
Ma liiiiife

L’insouciance.

Aussi loin que je me souvienne, je n’ai jamais été insouciante. Je me souviens avoir très vite pris conscience que ma vie familiale n’était pas normale. Vers 8 ans. Et que mon père n’était pas un père conventionnel. Quand je vois ma soeur aussi insouciante avec mon père, j’avoue que je ressens une pointe de jalousie.

Non, on n’a clairement pas eu la même enfance. Est-ce que je suis une erreur ? J’ai l’impression que mon parcours l’est et je dois avouer que je repense au moment où j’aurais dû choisir un BTS au lieu de continuer dans la fac foireuse.

Autant être honnête et vous dire que je suis assez désabusée et l’avenir me fait peur. J’ai toujours mes envies suicidaires mais moindre maintenant que j’arrive à cerner que c’est du stress en boîte. J’ai furieusement envie de travailler et bâtir mon avenir.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Ma liiiiife

Echouer exprès.

Hier, j’ai encore eu une envie suicidaire et pour la première fois, j’ai réalisé que c’était de l’angoisse. De l’angoisse dû à ma part d’échouer. De me retrouver à 25 ans chez maman à toucher le RSA. Ça me terrifie. Je dois vous avouer que depuis quelques jours, j’étais enthousiaste à l’idée de faire CIP mais je me rends compte que ce n’est pas possible, pas dans mon état si fluctuent.

J’ai peur de faire un métier qui ne me plaise pas et paradoxalement je me vois demander la formation d’agent de fabrication. Vous voyez tout le paradoxe à cela? Pourquoi ai-je aussi peur de réussir ? Pourquoi faut-il qu’il y a tout le temps un élément perturbateur?

Ne pourrais-je pas simplement trouver ma voie comme des millions de gens et m’y cantonner ? J’ai tellement hâte d’être dans 15 jours pour voir ce que les tests donneront !

Rendez-vous sur Hellocoton !
Je donne mon avis/Actu'

Peut-on écrire des articles joyeux ?

Depuis que j’ai déménagé dans mon chez-moi, je dois dire que 99% des articles qui étaient sur l’ambiance familiale a bien changé. Je n’ai plus l’écriture fluide d’avant et il arrive parfois que mes articles fassent deux phrases. Je n’ai plus la pression à raconter, le ressentiment familial de tout ça.

Je n’en suis pas comme ma mère à ne plus vouloir à mon père mais disons que les médicaments aident bien à faire passer la pilule (jeu de mots). Mes articles pourraient très bien faire aussi 4 phrases et moi-même je ne m’explique pas ce refoulement bloguesque.

Ma vie est-elle devenue à ce point banal que je n’arrive plus à écrire comme avant? Est-ce l’évolution normale d’une écriture sans tourments ? La tragédie serait-elle mieux à écrire ou alors est-il plus difficile d’écrire sur le bonheur ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Ma liiiiife

Hashtag un job.

Je vais suivre mi-juin un programme qui va m’aider à m’orienter. Autant vous dire que je suis très impatiente. Je crois beaucoup en ce programme et j’espère que ça va m’aider à m’orienter. Je pense toujours aux métiers du social mais je pense qu’il faut que je sois réaliste : je suis trop fragile psychologiquement et je ne pense pas que les gens veuillent une CIP sous tercian.

Et je ne veux plus mettre ma santé en danger. Je dois me préserver. J’espère surtout qu’on me donnera un métier dont je n’ai pas pensé. Pilote de ligne. Druide. Licorne (oui oui ça peut être un métier). Je suis impatiente d’entrer en formation et être enfin opérationnelle pour un métier.

Je ne crache pas sur comptable et je le garde toujours sous la main. J’avoue que je pense même à reprendre mes études mais avec quel argent ? Il ne me reste qu’un droit à la bourse. Bref, cet article pour signifier que les choses avancent doucement mais elles avancent.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Ma liiiiife

Ca va bien.

Cela fait quelques jours que ça va bien et c’est suffisamment rare pour le souligner. Je n’arrête pas ! Je crois que c’est cela qu’il me faut, ne pas m’arrêter. Je suis heureuse car je suis inscrite à un atelier orientation dans trois semaines. Je vais pouvoir découvrir ce qu’il me plaît ou non.

Je suis en recherche de stage pour comptable et je dois dire que je ne trouve pas mais je ne me décourage pas ! Je suis dans une bonne dynamique et ça me fait du bien. Hier une recruteuse m’a dit qu’elle était impressionnée par mon parcours, moi qui n’en suit pas spécialement fière, j’étais contente qu’elle me dise ça !

Je sens aussi que je suis plus fatigable. Je crois que c’est dû à ma prise de poids et je sens qu’il me faut un travail de bureau. J’espère que vous allez bien ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Ma liiiiife

Ces personnes-là.

Hier, en prenant le bus pour rentrer chez moi, j’ai croisé une maman et son enfant. L’enfant me faisait des grimaces en imitant sa maman. Et j’ai tout de suite senti que cette maman avait une bonne aura. Elle fait partie de ses personnes qui vous détendent et vous fait sourire en un rien de temps.

Je n’ai croisé que deux autres personnes comme ça dans ma vie. Mon ex-meilleure amie, avec elle, je me sentais apaisée, elle dégageait de bonnes ondes et une élève de terminale qui était avec moi et que était vraiment une crème.

J’adorerai avoir quelqu’un dans ma vie comme ça à nouveau, quelqu’un qui me remonte quand tout va mal, quelqu’un qui me fait sentir bien. Partager des moments avec ce genre de personnes est toujours très enrichissant et vecteur de bien-être. Avez-vous ce genre de personnes dans votre vie ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Ma liiiiife

Le cercle.

Ça devient de plus en plus compliqué de faire avec mes pensées suicidaires. Elles sont là, tapis dans l’ombre ou dans la lumière ce qui est vraiment plus compliqué. Mes pensées oscillent entre “je veux crever” et “avaler des médicaments”.

Je suis en colère contre tout ça. J’ai vécu ma vie tout ça pour en arriver là ?! J’ai l’impression d’être dans un cercle irréversible de merde. Je ne pensais pas que ma sortie de l’hôpital serait si dur. Je pensais naïvement que ça se déroulerait comme la fois précédente : je n’aurai plus de pensées suicidaires.

Je me demande ce que je vais bien pouvoir devenir. Je vois ma mère et elle est heureuse. Elle n’en veut pas à mon père et demain elle repart en hôpital psychiatrique. Est-ce que je suis vouée à entrer dans ce cercle-là ? L’année dernière a la même période, j’avais un travail, je parlais avec celle qui allait devenir ma copine et ça allait plutôt bien.

J’espère que je pourrais dire l’année prochaine, à cette période, j’ai un travail et le permis. Moi-même je n’y crois plus. Mon destin c’était accomplir de grandes choses et ne pas être dans cette médiocrité ambiante. Comment créer soi-même une once de bien-être quand le mental ne suit plus ? Comment être pleinement dans la vie alors que la mort semble être une échappatoire bien accueillante ?

Rendez-vous sur Hellocoton !