Ma vie en juillet 2019.

Ma vie en juillet 2019.

Bonne nouvelle dans ma vie. Je dois avoir des semelles compensées à cause de mes chevilles qui partent en couille.

Et je dois prendre rendez-vous avec un angiologue. Pour avoir des bas de contention. Surtout pour confirmer que je vais de la rétention d’eau au niveau des chevilles.

Vieille avant l’heure. J’ai conscience que je me plains tout le temps en ce moment qu’on a qu’une vie et bref tu connais le refrain.

Sinon aujourd’hui j’ai ouvert un instagram, je veux tester un nouveau format, donner mon avis, avoir des interactions avec les gens.

Je ne sais pas si je vais le laisser. Par contre c’est un truc très artisanal. Ne t’attends pas à voir un truc de mannequins. Mon Instagram c’est donc leonie_sjb (Léonie Saint-Jean bloggeuse, le leonie_sj étant déjà pris !).

Rendez-vous sur Hellocoton !
Pensée de juillet.

Pensée de juillet.

Je suis à la marge. Ma petite sœur de 17 ans (putain 17) veut être footballeuse ou professeure. Mon frère de 21 ans attend ses résultats d’écoles d’ingénieurs. Ma sœur de 24 ans est assistante commerciale à Londres.

Je ne dis pas que je voulais que mes frères et sœurs échouent… mais je suis la seule que ça atteint. Je suis la seule qui ne soit pas insérée socialement.

On dit toujours que les aînées suivent le modèle parental. C’est vrai. Ma vie est une succession d’échecs. Bien sûr je sais que c’est faux mais… mais.

Voyez ce n’était pas comme si j’avais toujours été à la marge (bon quelque part si) mais je n’ai jamais redoublé, je ne me droguais pas, je n’étais pas alcoolique… J’étais destinée à l’avoir mon putain de master !!!!!

Le tout est maintenant de composer avec le reste. C’est vraiment injuste après tout ce que j’ai supporté. Toutes ses années, toutes ses épreuves.

Supporter les insultes, les humiliations, les brusques crises de nerfs. Les cris. Les disputes. Pourquoi supporter tout ça… pour ça ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Fin juillet.

Fin juillet.

J’ai passé mon entretien et en gros femme de ménage c’est un métier, je n’ai pas la formation puis j’habite en Franche-Comté et pas en Alsace. Et il faut que je me forme (mdr).

Et c’est vrai que ça me fait deux heures de voiture aller-retour. Vive le train. On m’a dit quand même qu’il y avait peu de candidats. Donc en gros s’ils me prennent se sera par dépit.

Je n’ai pas envie d’être prise…. Je sens que je vais vivre du rsa. Soyons honnête si je dois reprendre une formation, ça ne sera pas en ménage.

En fait aux yeux des gens, je suis une branleuse mais c’est plus compliqué. Je ne peux pas. Les métiers qui s’intéresseraient ne me sont pas accessibles parce que je n’ai pas de capacité.

Hier j’avais envie de vomir tellement je ne voulais pas aller à l’entretien mais je suis forcée. Puisse le sort m’être favorable…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Les guides.

Les guides.

Mon géniteur aime raconter que lorsque j’étais en maternelle, j’ai pleuré parce que mon institutrice était malade. Je pense que ça a été mon premier guide même si je ne me souviens pas d’elle.

Je me souviens de ma professeur de mathématiques de quatrième qui m’a dit qu’il ne fallait pas hésiter à la solliciter si je me faisais harceler.

Elle m’a fait aimer les mathématiques en 5ème et 4ème et c’était un humain formidable. Je ne lui ai jamais parlé de ce qu’il se passait à la maison.

Je me souviens de ma professeur de français en première qui m’a donné des arguments devant toute la classe pour ne pas changer de lycée. Je me souviens qu’elle m’a transmis son goût pour la littérature. J’avais soif d’apprendre et soif de lire.

Je me souviens de ma professeur de littérature de terminale. Elle est sévère mais juste. Elle a mis fin à mon harcèlement scolaire. Je l’ai revu deux ans plus tard et je lui ai dit que je voulais être professeur…. une autre époque.

Et aujourd’hui une psychologue de mon bilan de compétences. Qui me semble juste, encourageante et drôle. Elle m’a dit qu’on me sortirait de ma condition, qu’elle allait m’aider à trouver une solution pour octobre. Les guides sont des lumières indispensables sur un chemin lorsqu’on a que côtoyer les ténèbres. J’ai vraiment envie de mettre fin à tout ça. J’ai bientôt 30 ans et je ne veux plus être attachée à mes parents.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Juillet.

Juillet.

Ne faîtes pas une généralité de mes propos suivants. Vous savez que je parle essentiellement de moi. Mais la vérité c’est qu’avec les années d’inactivité je suis devenue fainéante.

Je me plais dans la facilité. Je peux faire les choses patiemment mais de petites choses, je stoppe. Je les arrête. Puis je reprends. Mais je ne suis plus une acharnée depuis longtemps.

J’ai un entretien pour un job de femme de ménage et ça fait 2 jours que ça me terrifie. Je pourrais évoluer et j’ai besoin d’un job. Mais d’un autre côté j’ai affreusement peur de me lasser. De retourner en dépression.

Les extrêmes comme toujours. Et j’ai vraiment besoin d’un job. D’un autre côté je fais mon bilan de compétences. La dame qui me suit m’a dit vendredi “ne vous inquiétez on va trouver une solution pour votre financement.”

J’ai envie de la croire et en même temps je n’y crois pas ! Et je fais comment, moi, si je n’ai pas de job en octobre ? Complicated.

Mais au moins femme de ménage, pas de patron sur le dos, un temps plein et en plus c’est en Alsace.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Juin-Juillet.

Juin-Juillet.

Ça fait longtemps que je n’ai pas écrit. J’ai eu la RQTH mais pas l’AAH. Je ne sais pas si je dois faire appel. Ça me fait peur, c’est géré par le tribunal de Grande Instance.

Je cherchais du travail dans le ménage et je songeais à postuler à Mcdo quand j’ai eu une entorse. Elle était déjà là depuis deux jours. Résultat atelle et rester 8h debout pour mon boulot au festoche… en théorie.

En pratique, je pouvais m’asseoir pendant 2 jours en intermittence. Du coup ça a été. Je suis un cauchemar pour la sécurité sociale. Je m’inquiète beaucoup pour les mois à venir d’autant plus que ce connard de Macron a augmenté la durée d’indemnisation pour avoir le chômage qui passe de 4 mois à 6 mois !

Et si vous êtes en maladie, vous ne pouvez pas reprendre votre chômage ! Et comme je fais partie des plus faibles, ce n’est pas bon pour moi. Bref.

Mon ex m’a recontacté elle m’aime toujours mais ne veut pas se remettre avec moi pour l’instant, elle a besoin de temps. Bien évidemment je l’ai envoyé chier après un énième début de dispute et je l’ai recontacté.

Du grand n’importe quoi mais j’ai besoin d’aller au bout de cette histoire et accessoirement je l’aime. Mais je me demande si je ne cherche pas quelque chose qui n’existe plus. Je ne sais pas. Et vous comment ça va ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Job.

Job.

J’ai toujours été seule dans les moments tragiques. Quand mon père exerçait sur moi de la violence psychologique, je n’avais personne à qui parler à part vous.

Parfois ma mère m’écoutait quand elle était dans les parages. Mais c’était sans effets. Je veux dire rien ne se passait.

Et là je suis de nouveau seule. Je n’ai pas l’AAH et mon bilan de compétences prendraient 3 mois et le dispositif de la MDPH est n’a pas de date connue.

J’ai été naïve. Trop naïve. Je vais postuler à des jobs en priant pour que je ne fasse pas de rechutes.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Résultat.

Résultat.

Je suis allée à la MDPH. Alors je n’ai pas l’AAH mais j’ai la RQTH. C’est une bonne chose et une mauvaise chose à la fois.

C’est une bonne chose car ça me permettra de bosser. C’est une mauvaise chose car si j’ai une mauvaise expérience pro, retour à l’hôpital.

Je sais qu’il faut que je fasse quelque chose que j’aime. Mais ça implique la relation clients et j’ai tellement peur de déraper…

Franchement j’aime aider, comme déjà dit j’aime transmettre. Il faut que je trouve une solution et vite.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Nous sommes nos choix.

Nous sommes nos choix.

Dans Grey’s Anatomy la maman d’April dit que Dieu nous donne les choses que nous pouvons seulement supporter.

Je crois au libre-arbitre et nous sommes nos choix. Je ne sais pas si j’en serai là aujourd’hui si j’avais continué mes études. Si je m’étais réorientée en psycho. Si j’étais restée à Strasbourg…

Mon principal problème est que je cherche les réponses dans le passé ou à l’extérieur mais je ne les trouve pas. Je cherche en moi et toujours rien.

Mon ex, avant de me dire qu’elle avait vu trop de potentiel en moi et qu’elle n’aurait jamais voulu me rencontrer, m’a dit que ma mission de vie était de guérir et ensuite d’aider les autres.

Quand elle m’a dit ça, vous imaginez ma joie. Mais je n’y crois plus. En fait je n’y ai jamais vraiment cru. Peut-on vraiment guérir de cette pathologie ? Peut-on vraiment s’émanciper de la maladie ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
La vie d’une borderline.

La vie d’une borderline.

Je pense que j’ai toujours voulu inconsciemment ressembler à mes parents. Deux marginaux. Je ne sais pas pourquoi j’ai voulu inconsciemment leur ressembler. J’ai toujours voulu être autrement qu’eux.

Mais borderline état limite. J’ai toujours voulu leur ressembler et bien j’y suis arrivée. Ça m’énerve. Ce n’était pas ce que je voulais.

Mais maintenant il faut faire avec ce qu’on a. Mais le soucis c’est que plus je grandis plus je suis paumée. Et c’est fatiguant. Le disque rayé.

Mais je me pose énormément de questions. Est-ce que je serai toujours toxique pour mes copines ? Est-ce que je reproduirais la même chose que mon père si j’ai des enfants ?

Ma rupture m’a énormément ébranlée. Et ses mots aussi… Alors peut-il vraiment entrer dans les clous quand on est une borderline ou est-on forcément marginale ?

Rendez-vous sur Hellocoton !