Les gens.

Les gens.

Je déteste les gens. Je déteste le contact humain et les humains en général. Franchement j’en ai marre. Le problème est qu’il y aura toujours du contact humain. TOUJOURS.

Si au moins je trouvais un truc qui me plaisait. Je veux dire, qui surpasserait le contact humain. Mais franchement je ne sais pas. Et j’en ai marre.

Et puis faut tout le temps être fausse. Etre polie, faire semblant. Ça m’agace. Comment les gens font pour supporter tout ça au quotidien ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Le 2 mai.

Le 2 mai.

Elle m’a recontacté. En me disant qu’en gros les filles du Sud étaient toutes des abruties. Que personne ne m’égalait et qu’elle sait que personne ne l’égalerait. Elle a raison.

Elle a terminé son sms en me disant que je ne dois pas l’oublier. J’ai fini par tout supprimer de peur de la recontacter. J’ai gardé son sms dans mon disque dur (sans son numéro) et je me retiens de le lire en boucle.

Mais je dois la protéger. Je ne peux pas la traumatiser avec ma patho. Je me dois d’être forte. Quelqu’un m’a recontacté aujourd’hui. J’ai cru que c’était elle et j’ai craqué, j’ai répondu.

Bah c’était pas elle.

Je pensais avoir oublié certains trucs… en fait je les avais enfuis. Et tout est revenu depuis hier. Donc c’est une lutte pour ne pas la contacter sur Facebook parce que le problème restera le même.

Ce n’est la faute de personne. La vie est une putain de pute.

Je discute vite fait avec des meufs, je dis que je sors d’une relation et que je veux juste discuter mais elles ne sont pas M. Personne ne lui arrive à la cheville.

Heureusement que je suis claire. Sinon 2 meufs m’ont recontacté depuis ma rupture mais lol. On ne parle plus. M, revient et dis-moi que tu as réfléchi et que tu seras pas traumatisée. Je t’aime…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Les réseaux.

Les réseaux.

Ma première copine, je l’ai connu par une pote. En fait, elle est allée après me chercher sur internet et on s’est revue et mise ensemble.

La vérité c’est que j’avais trop besoin d’affection. Mon instinct premier et que c’était une connasse. Toujours écouter son instinct.

C’est bien simple, j’ai connu toutes mes copines sur internet. On discute et on se met ensemble et on b… nan ça, ce n’est plus vrai.

M, ma dernière copine, m’avait trouvé sur badoo. Elle ne me plaisait pas du tout. Masculine, genre Shane (meuf qui baise tout le monde) aux cheveux longs et elle avait fini par me parler. Hélas, nous ne sommes plus ensemble. C’est de loin, la nana qui me correspondait le mieux.

Le constat est… consternant. J’ai 27 ans et je n’ai eu aucune relation suivie ! La plupart de mes copines étaient loin de moi. La seule que j’ai vraiment aimé à part M, c’est F, qui se trouvait dans la ville à côté de chez moi.

C’est pathétique. Sérieusement. Je vais passer ma vie sur les réseaux ? Vous allez me dire que je n’aurais qu’à sortir. Sauf que je n’ai aucune vie sociale, que je ne reconnais pas les lesbiennes dans la rue… et le monde lesbien non merci ! Puis comment les aborder ? Bref, c’est pas gagné pour trouver la mère de mes enfants.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Le mardi 28 avril.

Le mardi 28 avril.

Je ne sais pas si c’est le fait que je sois certainement dépendante affective mais une personne me manque. J’ai besoin de câlins, de tendresse, de passer du temps avec quelqu’un. Je n’aime pas être en-tête-à-tête avec moi-même.

Sauf que je ne peux pas. Je dois oublier M. Et je ne peux pas être le plan cul de quelqu’un. C’est quand même drôle la vie, c’est quand vous pensez avoir tout qu’une partie se casse la gueule.

J’étais moi dans cette relation. Contrairement à ce que vous pouvez croire, je savais me réguler. C’était pas facile tous les jours entre nos deux caractères de merde mais j’aurais tellement voulu que ça marche ! J’étais sûre qu’on pouvait aller loin.

Et là je peux dire que je n’étais pas dépendante. Je savais qu’elle n’était pas là pour combler mes manques, je savais aussi qu’elle n’était pas comme moi sur beaucoup de points et ce n’était pas grave. Si je savais que je ne lui ferais pas de mal avec ma maladie, je ne l’aurais pas quitté.

Je l’aimais (je préfère utiliser le passé). Mais la vie est parfois putain de dégueulasse.

Rendez-vous sur Hellocoton !
La fin et le début.

La fin et le début.

Vous avez raison, l’entrepreneuriat est une connerie. Mais je voulais vous dire que cette fois avec mon ex, on a vraiment rompu.

J’ai rompu. Parce qu’on parlait de mon état psychique et je lui ai dit que dans mes crises j’avais pour pensées de me scarifier. Et que dans mes grosses crises j’avais des envies suicidaires etc…

Et elle m’a dit que ça allait la traumatiser. Je lui ai bien dit que c’était juste des pensées. Elle m’a dit qu’elle gérerait la situation mais qu’elle serait traumatisée alors j’ai rompu. Je ne suis pas là pour traumatiser les gens. Je ne suis pas là pour leur être toxique. Je lui suis déjà sans m’en rendre compte.

Elle m’a dit qu’elle ne voulait pas rompre. Et je lui ai dit qu’il était hors-de-question que je lui fasse du mal. Elle m’a dit qu’elle me laissait la possibilité de revenir.

Je lui ai dit que je ne reviendrais pas. Elle mérite quelqu’un qui soit sain pour elle. Elle mérite le grand Amour. Je mérite également quelqu’un qui ait les épaules pour endosser mon handicap (rien d’évident je sais) sans être mon médecin.

Je mérite aussi quelqu’un qui serait capable de tout quitter pour moi. Comme je serai capable de tout quitter pour lui. Et qu’on trouve un compromis. En fait il n’y a pas de méchante dans l’histoire mais on n’était pas assez compatible.

Je suis dégoûtée, je l’aimais vraiment. J’étais amoureuse. Ça aurait pu coller sans deux-trois détails mais qui ont leur importance. Et personne ne mérite de se sacrifier par amour. Je sais qu’elle va trouver quelqu’un à sa hauteur et qu’elle serait heureuse. Suis-je égoïste de me souhaiter la même chose ? Prenez soin de vous. J’espère que vous êtes heureux et apaisés dans vos vies.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Le 24 avril 2020.

Le 24 avril 2020.

Vous allez me dire que je suis ignoble. Que finalement je ne change pas. Mais j’ai juste une idée comme ça et j’ai besoin de l’exposer.

Je me demande si je ne devrais pas être auto-entrepreneur. Parce que les gens mais mon dieu… jamais contents. Tu leur donnes des solutions, jamais contents.

Ils te parlent comme de la merde mais quand tu leur passes quelqu’un ça va mieux. En fait c’est pas la majorité des gens. Il y a des gens super gentils mais je vois le pire.

C’est le négatif qui reste. Et j’en ai marre. Je suis un robot. Justement en parlant de robot bah quand on avait rompu, j’en étais un.

Et je ne supportais plus les gens. J’ai fait plusieurs pauses que j’ai qualifié de pas pause. Et aujourd’hui on m’a fait la remarque. Enfin pas vraiment mais je suis surveillée donc je vais devoir arrêter.

Je ne veux pas leur expliquer que c’est parce que je suis en colère ou angoissée et que je vais péter un plomb. Et qu’en fait j’ai régressé psychiquement depuis qu’elle a rompu avec moi. Mais c’était un peu le cas avant aussi. Les gens m’agacent vite.

J’ai pris quand même du tercian 100mg parce que j’allais péter un plomb. Et je pensais nouveau à me scarifier. Pourquoi c’est toujours le même cycle qui recommence ?

J’essaye d’être plus ouverte, de faire du mieux que je peux mais sur ce point-là je régresse. En fait je suis vraiment handicapée, je crois. Je pensais l’avoir accepté mais c’est chaud.

Accepter qu’à tout moment, je peux sombrer. Que je ne pourrais jamais avoir des postes à responsabilités donc aucun métier trop stressant.

Ma mère me voit encore comme la gamine de 15 ans qui supportait tout. On me voit comme une fille forte. Mais en fait je suis en vase brisée rattachés de fils d’or. J’ai vraiment peur de tout faire péter. Encore.

Rendez-vous sur Hellocoton !
23 avril 2020.

23 avril 2020.

Elle est revenue… mais du coup je doute. Et si ce n’était pas la bonne au final ? Et si c’était une illusion ? Et si une autre fille m’attendait quelque part ? La bonne ?

J’ai dit que je viendrais dans le Sud mais quelque part, quelque chose me titille. Pourquoi devrais-je venir ? J’adore Strasbourg.

Mais autrement, quand elle n’était plus là et que la vie n’avait plus de sens. Je me disais que mon équilibre, je pourrais le trouver n’importe où.

Mais elle m’a quand même larguée deux fois. Elle me rappelle moi instable et angoissée. Du coup je ne sais pas. Quelle bonne démarche à adopter ? Qu’est-ce que je veux vraiment ? Est-elle vraiment celle qu’il me faut ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Avant je ne comprenais pas l’auto-destruction ordinaire des gens. Je veux dire se bourrer la gueule, coucher avec n’importe qui mais je comprends. Au moins avant quand je n’avais pas le bon traitement j’allais à l’HP. Maintenant je vais faire comme tout le monde, de la merde.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Au final.

Au final.

On a parlé. C’est fini. Je l’aime. C’est la bonne. Je vais donc devenir une salope. Je n’y crois plus. C’est l’échec de trop.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Le 18 avril 2020.

Le 18 avril 2020.

Je crois que je resterai cinglée toute ma vie. J’ai envie de me scarifier. Encore. Pour une rupture. Je suis angoissée, j’ai envie de vomir et de taillader mes bras. Tout va bien.

Rendez-vous sur Hellocoton !