Ma liiiiife

L’inconscient.

Je suis en couple. C’est tout beau, c’est tout frais. Sauf que… retour en arrière. Je discute avec deux filles. L’une me plaît grave, je sens qu’on ferait un beau en-semble, on délire bien, on s’amuse. Il y a l’autre fille, très intéressée par moi, on discute bien qui me plaît aussi mais il manque ce petit truc en plus que j’ai décerné chez l’autre fille.

La deuxième fille est venue me voir et on s’est prise la main, on s’est embrassée. Je suis avec elle. Sauf que… sauf que… je sens dans mes tripes que ça ne va pas le faire. Mon intuition m’a signalé que ça n’était pas la bonne. Sauf que… sauf que j’ai ce foutu inconscient qui me pousse vers elle.

Je ne sais pas comment l’expliquer mais c’est comme si mon inconscient me poussait vers la mauvaise personne exprès et c’est très difficile d’aller contre cet inconscient. C’est assez horrible non ? C’est comme ma formation, mon âme m’a fait savoir que je ferais mieux de prendre la formation référent numérique.

Je suis assez perdue car d’un côté, je me dis que j’ai quand même trouvé une bonne formation, qui a de l’avenir et je me demande si ce n’est pas au final mon inconscient justement qui essaye de me saboter car mon projet est viable et j’ai de bonnes chances de réussite (sans me vanter, le code c’est simple).

Quand à mon couple, je ne sais pas quoi en penser… peut-être que là encore c’est mon destin. Je suis lâche en vérité mais c’est comme si une force invisible me poussait dans ces deux chemins-là. C’est comme si j’étais reliée par deux fils invisibles. Je ne sais pas comment me détacher de mon inconscient. Et le pire dans tout ça, c’est que j’en ai conscience !

PS : J’ai envoyé un sms à ma copine, elle a prouvé qu’elle tenait à moi.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Ma liiiiife

Mon autre petite soeur.

Je suis allée aujourd’hui à la piscine avec mon autre petite sœur. Je dois dire que je me suis bien amusée mais en même temps j’ai été effarée de voir à quel point ma petite sœur est vulgaire dans ses paroles. C’est insulte sur insulte.

Le mieux c’est qu’elle n’est pas comme ça à l’école. Elle a une personnalité autre avec vous et ça me désole de voir ce qu’elle est devenue. Et forcément quand vous traînez avec des gens, ça a tendance à déteindre sur vous. Je ne suis pas plus vulgaire mais plus critique notamment avec ma mère.

Ma sœur est la réplique exacte de mon père. Elle m’a insulté comme mon père. Si mon âme choisit une autre mission de vie, j’espère qu’elle s’incarnera dans une famille plus aimante et plus saine!

Rendez-vous sur Hellocoton !
Autour des mots

La lecture et moi.

J’ai commandé 5 livres sur Amazon. Avant j’étais une grande lectrice et je lisais 6 livres par mois (merci la bibliothèque!) et je dois dire que j’adorais ça. Découvrir des aventures d’Ewilan, d’un détective dont j’ai oublié le nom et d’autres bouquins qui m’ont plus ou moins marqué.

Quand j’étais adolescente, j’ai commencé à lire le journal et ça a accru mon ambition d’être journaliste. Je rêvais d’écrire dans la rubrique culture du Parisien comme Aude Dassonville. A 15 ans, j’ai connu les skyblogs et se fût petit à petit la fin des livres et moi.

Je ne renie pas que c’est important voir primordial de lire. J’ai un très bon niveau en orthographe grâce aux livres que j’ai lu durant toute mon enfance. C’est une source d’inspiration et d’imagination sans borne de lire ! Je dévorais les Harry Potter et les Journal d’une princesse mais forcé de constater que l’ordinateur a surpassé les livres dans mon petit coeur. Et vous, quelle est votre rapport à la lecture?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Ma liiiiife

Ma soeur et moi.

Aujourd’hui, je suis allée à la piscine avec ma petite soeur et ma mère. -Si vous suivez mes folles aventures depuis longtemps, vous savez que j’ai 5 frères et soeurs, 3 soeurs et 2 frères. – Quand j’avais 15 ans ma soeur et moi étions très proches et je prenais sa défense, je lui faisais à manger le soir.

Elle a pleuré quand je suis partie à la faculté, elle me faisait toujours des dessins. Puis elle a grandi, à cesser d’être proche de moi. Nous ne partageons plus rien. La conversation a vite tourné court. Je dois avouer que ça ne m’attriste pas, je suis habituée à ne pas être proche de ma famille.

Je constate juste le grand écart qu’il y a entre mes potes et moi concernant la famille. Je connais deux paires de soeurs qui sont inséparables et qui sont très proches. Et je dois dire qu’encore une fois, j’aimerai aimé faire partie de ce genre de famille. On sait à quel point la famille constitue un socle refuge et constitue notre bien-être.

Je sais que mes ruminations ne sont pas bonnes mais je constate bien des choses résultent d’avoir eu des parents si bancales. Ma soeur en Angleterre ne donne pas des nouvelles, elle nous informe juste si elle a fait des crises d’épilepsie.

Je reste bloquée à ça et j’aimerai encore une fois de plus évoluer. J’aimerai que ça fasse partie de mon passé mais j’ai l’impression d’être bloquée dans un espace-temps. Les problématiques restent les mêmes. Je suis bloquée dans mon pensée.

Maintenant il faut pardonner mais comment faire en sachant que je ne suis plus dans la colère mais dans une phase d’acceptation ? Comment franchir enfin cette limite qui pèse sur moi ? Le livre de Gounelle m’a fait comprendre que j’étais faite de croyances : croyance que je n’y arriverai pas, croyance que je ne mérite pas mieux. Il temps d’évoluer!

Rendez-vous sur Hellocoton !
Ma liiiiife

Si tout était possible, qu’est-ce que tu ferai ici et maintenant ?

Dans l’homme qui voulait être heureux de Laurent Gounelle, le sage demande au professeur la vie qu’il vaudrait avoir. Le professeur répond qu’il souhaiterait être photographe de mariage, avoir une maison, une femme et de l’argent suffisamment pour vivre.

J’ai compris à travers ce livre que nous étions faits de croyances et ces croyances forment notre réalité. Si tout était possible, j’aimerai vivre au Canada être maître de conférence. Dans quelque chose de plus-à-terre, j’aurai le permis, une maison et une voiture.

Je vivrai près de la frontière Suisse là où se trouve mon travail. J’irai au Canada pendant mes vacances. La question ici est de ne plus rêver sa vie mais de réaliser ses rêves. C’est aussi arrêter de croire que la belle vie n’est que réserver aux gens d’en haut et qu’il est interdit de monter l’échelle sociale. Mon rêve à moi serait de vivre en famille dans une maison avec des rires, de la joie, des larmes, des colères mais toujours une famille unie et forte.

J’espère que ma formation va m’aider à pouvoir réaliser mes rêves. J’aimerai tout d’abord avoir enfin ce fichu permis et une voiture, un travail pas trop mal payé! Je sens encore que j’ai des croyances limitantes et je dois m’en détacher pour avoir enfin la vie que je mérite!

Car oui, avec la vie de merde que j’ai eu (inutile de rappeler ses années de maltraitance physique et psychologique de mon cher père et ma mère aussi ?) jusqu’à mes 24 ans (date de mon entrée dans mon logement), je mérite effectivement de gagner bien ma vie et d’être heureuse ! J’espère ne pas avoir affaire à une saga familiale où les nanas galèrent plus que les hommes (cf. arbre généalogique fait avec ma psy). Je veux être bien nom d’y diou ! 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Ma liiiiife

Comment combattre son inconscient ?

Quelque chose a changé en moi. Je ne sais pas si c’est positif. Je crois plutôt que c’est négatif. Je crois que j’ai régressé. Je ne saurai pas l’expliquer autre mesure mais je le sens. Comme si j’étais encore un peu plus prisonnière de mes parents.

Car tout se joue avec eux. Mon père ne m’aime pas et c’est une certitude. Je crois que ça se joue là, je suis encore dans mon statut de petite fille qui attend l’aval de son père. Pourquoi? Pour quoi? Je sais que mon inconscient est bloqué là.

Je veux pardonner à mon père pour avancer. Savoir que j’ai choisi cette mission de vie là me questionne grandement. J’aurais préféré avoir grandi dans une autre famille. On ne refait pas ça, sa vie cependant. J’espère reprendre les séances d’hypnose et avancer.

J’ai toujours en tête qu’une rechute est possible mais je pense me protéger au maximum. J’ai choisi une voie où je vais être principalement en contact avec des ordinateurs. Ça devrait le faire question psychisme, non ? Je suis impatiente d’être la rentrée et en même temps j’ai peur d’échouer.

J’ai peur de m’auto-saboter une fois de plus et de me retrouver sans rien. Pourtant je devrais ne pas avoir peur car j’ai conscience de ça, n’est-ce pas? L’inconscient est une sacrée machine destructrice parfois. Néanmoins, j’ai appris qu’on pouvait parler à  son inconscient au moment du coucher et j’en profite pour influer l’idée du permis et de ma réussite à l’examen et de ma formation.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Ma liiiiife

J’ai changé.

On m’a toujours considéré comme quelqu’un de bien. J’avais une morale sans failles. Mais depuis que j’ai fait le deuil de mes parents idéaux, j’ai changé. Je ne suis pas aussi à cheval que ça sur mes principes. Par exemple, hier, j’ai pris une bouteille de jus d’orange à mon père sans le lui dire (il dormait).

J’ai partiellement brisé un couple. Je dis partiellement car les deux nanas se sont remises ensemble. Et l’histoire ne dit pas qu’on m’a cherché. Je fais des choses qui ne me ressemblent pas. J’ai toujours voulu être droite et je plaçais la morale au-dessus de tout.

Ce qui a changé, c’est que je pense davantage à moi. Je fais des choix égoïstes. J’ai un autre exemple, je n’ai pas voulu partager des gâteaux à ma soeur et ma mère car j’adore ces gâteaux. Avant, j’aurais partagé, avant je n’aurais pas pris de bouteille, avant je ne me serai pas mise avec quelqu’un qui sortait d’une relation.

Et maintenant ? Je vis plus pour moi. Je ne sais pas si c’est mieux mais je n’ai plus cette voix dans ma tête qui me dit que tel truc n’est pas bien, qu’il ne faut pas faire çi ou ça ! Accepter mes parents comme ils sont, ont fait resurgir mes propres défauts. Je ne sais pas si je suis quelqu’un de bien, je ne pense pas mais j’ai appris à penser à moi.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Ma liiiiife

Comment j’ai failli rencontrer Dieu.

Hier, j’étais à un spectacle de gospel. C’était un spectacle centré sur Dieu car il se passait dans un centre de culte. Le spectacle m’a bien plu. A la fin, j’ai discuté avec une des chanteuses qui m’a parlé de sa rencontre avec Dieu et je dois dire que c’était vachement beau.

Elle m’a parlé de son Dieu qui est un Dieu d’Amour, qui était là pour elle dans chaque étape de sa vie plus ou moins heureuse et qu’elle vivait les événements avec plus de paix car elle était connectée à Dieu. Et j’ai senti que je ratais quelque chose.

J’aurais bien aimé être aussi connectée à ce Dieu-là. Sauf que je n’ai pas la connexion. Je n’ai pas reçu la grâce de Dieu, je n’ai pas été submergée en entendant les chansons ni même ce matin au culte. Car oui, je suis allée voir le culte.

J’ai écouté des chants et des personnes priées. J’ai trouvé ça beau. Je crois aux anges gardiens, à l’âme éternelle, à l’univers. J’aimerai croire en Dieu mais je ne sais pas si c’est un chemin que je vais emprunter car je ne suis pas d’accord avec plein de choses et j’ai été élevée dans un athéïsme chevronné. Et vous, êtes-vous croyants ? Comment se manifeste votre religion ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Ma liiiiife

Mes trois jours de bénévolat aux restos du coeur.

Je devais faire 15h de bénévolat contre des heures de conduite. Aux restos du coeur, j’ai fait de la mise en rayon, j’ai trié des fruits, des oeufs, j’ai mis des chocolats dans des sacs plastiques, des viennoiseries. Globalement l’ambiance était bonne même si lors de mon premier jour, la responsable du jour ne m’aidait pas à savoir ce qu’il fallait faire!

Heureusement, j’ai eu des personnes qui m’ont pris sous leurs ailes et qui m’ont bien expliqué ce qu’il fallait faire. J’étais bénévole le matin et l’après-midi. Le matin on faisait le triage, on rangeait et l’après-midi on faisait la distribution de la nourriture.

Le public était varié et les personnes étaient majoritairement étrangères. Certaines personnes voulaient de la nourriture et désignaient celles qu’elles voulaient, d’autres acceptaient sans rechigner la nourriture qu’on leur donnait. Ce fût une très bonne expérience qui m’a permis de voir la mise en rayon et le contact avec le public. J’ai bien aimé même si je ne pense pas que je ferai ça tout le temps.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Ma liiiiife

Grosse.

Je suis grosse. Mon ventre est là pour me le rappeler. Mon double-menton aussi et mon visage boursouflé également. J’ai remplacé les gâteaux pour les fruits secs, j’essaye de manger mieux et plus sainement. Je songe à reprendre le sport en septembre dans une salle.

J’ai peur de ne pas me tenir à mon engagement d’aller dans cette salle. Je devrais prendre le train tous les jours pour ma formation et le temps de rentrer… Mais au fond, je sais bien que c’est une excuse de plus pour ne pas faire les efforts qu’il faut pour maigrir et retrouver un peu d’amour propre.

Je dois dire qu’avec ma rechute, j’ai complètement laissé de côté le développement personnel. Et je dois dire que mon corps actuel ne m’aide pas à m’aimer. J’aimerai tellement changer de vie. Il me manque juste la motivation et je dois l’acquérir.

Rendez-vous sur Hellocoton !