Sister sister.

Sister sister.

En début de semaine, je sortais de ma pause et j’ai vu dehors une fille. Je l’ai fixé et elle m’a dit timidement “bonjour”. Elle postulait à la même boîte et au même job que moi.

Dans ma tête, j’étais indifférente et puis toutes mes angoisses me sont revenues. Mon père qui voulait que j’aide ma petite soirée, mon père qui m’insultait de sale pute quand je ne donnais pas mon livre à ma petite sœur.

Et ça n’allait pas. Je m’auto-sabotais même dans mon travail. Et je faisais la faux-cul avec ma sœur. Celle qui m’a toujours rabaissé, celle qui me parle uniquement par intérêt. Et elle n’a pas eu le job.

J’ai décidé de la bloquer sur Facebook. Et ça va mieux. Je suis à 100 km de chez mes parents et j’ai peur qu’on me fasse chier. Mais à un moment donné, j’ai le droit NAN le devoir d’arrêter de me sentir inférieure ou pas digne d’être heureuse.

OUI j’ai le droit de penser à moi, surtout pour des personnes qui n’ont pas été là lors du pire moment de ma vie. Ma sœur est venue et repartie en Angleterre et plus de nouvelles.

Je pensais que la compétition qu’on avait était dans ma tête mais finalement non. En fait, ça ne me dérange pas qu’elle soit à Strasbourg ce qui me dérange c’est de la voir. La famille est une puanteur qui te suis n’importe où tu es.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire