Pensée de juillet.

Pensée de juillet.

Je suis à la marge. Ma petite sœur de 17 ans (putain 17) veut être footballeuse ou professeure. Mon frère de 21 ans attend ses résultats d’écoles d’ingénieurs. Ma sœur de 24 ans est assistante commerciale à Londres.

Je ne dis pas que je voulais que mes frères et sœurs échouent… mais je suis la seule que ça atteint. Je suis la seule qui ne soit pas insérée socialement.

On dit toujours que les aînées suivent le modèle parental. C’est vrai. Ma vie est une succession d’échecs. Bien sûr je sais que c’est faux mais… mais.

Voyez ce n’était pas comme si j’avais toujours été à la marge (bon quelque part si) mais je n’ai jamais redoublé, je ne me droguais pas, je n’étais pas alcoolique… J’étais destinée à l’avoir mon putain de master !!!!!

Le tout est maintenant de composer avec le reste. C’est vraiment injuste après tout ce que j’ai supporté. Toutes ses années, toutes ses épreuves.

Supporter les insultes, les humiliations, les brusques crises de nerfs. Les cris. Les disputes. Pourquoi supporter tout ça… pour ça ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

8 réflexions sur “Pensée de juillet.

  1. Tu as beaucoup supporté et je pense aussi, profondément, que rien n’arrive jamais par hasard et que ton heure viendra et que le fleuve arrive toujours à la mer, même avec des dizaines de méandres qui lui donnent l’air de vouloir faire demi-tour.

      1. N’est-ce pas ? C’est ce que je pense vraiment ! Et je pense que c’est ce qu’on devrait dire aux jeunes quand on parle d’orientation ! Ça et l’écureuil qui saute de branche en branche, voire d’arbre en arbre et n’est jamais bloqué.

  2. Tu es borderline, ça joue beaucoup aussi. Puis si je me souviens bien, tu t’occupais de tes frères et soeurs plus jeune. En tant qu’aînée tu as beaucoup supporté, trop supporté. Je comprends ta frustration : à 20 ans je disais à mes géniteurs que mon frère ne ferait rien de sa vie. Au final c’est lui qui bosse et moi qui ne fait rien. Sauf que voilà, lui c’est le cadet, le chouchou, celui qui a eu le plus d’attention, de soutien, etc. Mais en tant que borderline on a aussi du mal à entretenir des relations avec les gens, donc on a plus de mal à avoir du soutien.

Laisser un commentaire