La connerie.

La connerie.

Ca fait deux fois que ça m’arrive. J’ai compris que c’était la peur de l’abandon des borderline. A chaque fois, une personne dont je suis proche et avec laquelle je parle tout le temps se rapproche d’une autre personne.

Et immédiatement, je me sens abandonnée alors mon réflexe de survie et de faire la gueule, ignorer la personne en question. Dans mon cerveau c’est : tu m’abandonnes ? Moi aussi je t’abandonne et je m’en fous haha.

Mais à chaque fois ensuite j’ai des pensées suicidaires, pensées automatiques, tu t’es foutue dans la merde ? Bah crève. Et je ne peux pas dire aux personnes en question : “je me suis sentie abandonnée”. Personne n’appartient à personne. Je le SAIS.

C’est psychologique, je ne peux pas. Je pense très sérieusement que je vais finir seule et je pense donc (quand j’aurais des sous) faire une thérapie comportementale. Pour enrayer ce qui cloche chez moi.

Mais pour ça, il faut travailler. Enfin bon, pas envie de revenir sur ce chapitre-là aujourd’hui. J’ai juste envie de travailler et d’avoir ma famille.

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 réflexions sur “La connerie.

  1. Pourquoi ne pas dire aux personnes concernées ce que tu ressens ? Oui, personne n’appartient à personne mais ça peut te faire du bien de leur dire comment tu vois les choses. Plutôt que te dire “tu t’es foutue dans la merde, crève”, tu devrais te dire “ok je me suis foutue dans la merde, mais il n’y a pas mort d’homme, cela arrive à tout le monde de faire des erreurs”.

Laisser un commentaire