Mon enfance.

Mon enfance.

J’ai déjà écrit ce type d’article.

J’ai 8 ans. Je fais un caprice. Je crois que je ne veux pas du cacao. Ma mère dit à mon père, partant au travail : “Léonie, ne veut pas manger”. Mon père répond “de toute façon elle n’a pas besoin de manger cette grosse vache.” Voici la première insulte que je me souviens de mon père.

Je suis encore petite. Ma soeur est là. Je ne sais plus pourquoi mon père se dispute avec ma mère. Tout d’un coup, mon père prend une fourchette et la plante sur le bras de ma mère. On est surprise avec ma soeur.

J’ai 14-15 ans. Mon père m’a traité de pute. Je ne sais plus pourquoi. Je pars pleurer dans le débarras avec le journal. Mon père revient tout gentil et me propose de manger.

J’ai encore 15 ans, mon père m’emmène au lycée. Je veux lui parler de ma meilleure amie A., je commence à lui parler et il me dit “j’en ai rien à foutre de ta vie”.

J’ai 15 ans encore, mes parents se disputent. Ma mère, une fois de plus, vient dans ma chambre. Je lui dis de partir et de ne plus revenir. Je ne suis pas sa mère.

J’ai 18 ans, depuis longtemps, j’ai envie de mourir, je vais dans la cuisine et ouvre la fenêtre et m’imagine sauter. Ca va tout de suite mieux. 5 ans plus tard, je ferai véritablement une tentative de suicide.

J’ai encore 18 ans, j’ai encore envie de mourir, je pense de plus en plus à sauter de mon balcon. J’ai envie de le faire. Je le fais ? Oui, je le fais. Quand une chose m’arrête, on est le 13 mars et ma soeur a 16 ans aujourd’hui.

J’ai 20 ans, ma soeur passe son baccalauréat. Mon frère la fait chier. Il met la musique forte alors qu’elle révise son baccalauréat. Ca se finit en insultes. Mon père au lieu de ramener le calme, insulte ma soeur de grosse vache. Ca se répète. Elle a eu son baccalauréat. Maintenant elle vit en Angleterre et ne rentre plus.

Je ne sais plus quel âge, j’ai. Je ne sais plus comment ça a commencé. Mais avec mon frère on s’insulte, sans doute de connard, de conne, de pute, de salope, de raté. Mon frère fait 1m80, il me bloque le bras. Je ne lâche pas et je veux lui rendre les coups. Mon père intervient.

Je dois avoir 16-17 ans. Mes soeurs ne doivent pas dépasser les 5 ans. Je vois ma soeur, l’avant-dernière, prendre la tête de ma dernière petite soeur et de la taper contre le radiateur. J’interviens.

J’ai probablement 11 ans, on est devant la télé. Quelqu’un dort. J’entends mon père répété “sale pute, sale pute”. Je demande s’il parle de moi. Je suis stressée. Il me dit non. Il parle de ma mère.

Je suis au collège. A., vient me chercher. Je ne la fais pas rentrer dans l’appartement. Je sors et je lui dis: “ils sont encore en train de s’insulter”.

Des souvenirs comme ça, j’en ai encore à la pelle mais je vais éviter de vous les partager. Si vous deviez retenir une chose, c’est DENONCER ou AIDER les gens victimes de violences ! Ca brise des vies ! Une dernière pour la route :

Je suis dehors. Il y a les voisines. Je dois être à l’école primaire, l’une me dit : “on t’a entendu pleurer, on sait que ton père t’insulte.” Je dis non. Mon père m’avait effectivement insulté le jour d’avant. Tout le monde savait, personne n’est jamais intervenu.

Je suis actuellement à l’hôpital de jour, je ne sais pas si j’aurais un boulot un jour. Vous croyez sérieusement que ça aurait été pire dans une famille d’accueil ou dans un foyer ? Vous croyez que j’aurais fini pire que ce que je suis maintenant ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

5 réflexions sur “Mon enfance.

  1. Ton enfance a été pourrie mais c’est du passé, mets-toi ça dans le crâne. Tu as des séquelles mais tu n’est pas ton enfance pourrie. Avec du temps et de la persévérance, tu peux arriver à te construire une belle vie. Tu n’as que 25 ans, c’est hyper jeune, et tout peut changer mais tu dois y croire et avancer un pas après l’autre, un jour après l’autre.

Laisser un commentaire