Doux avenir…

Doux avenir…

Envisager l’avenir… J’essaye de me focaliser sur ça mais c’est difficile… Ma colère est revenue, moins forte et moins froide que ces dernières semaines mais elle m’anime.

J’en veux énormément à ma mère et je fuis tout contact avec elle. C’est bizarre mais je n’en veux pas à mon père. Ma mère aurait pu changer les choses.

Je suis trop tournée vers le passé. Mais j’ai dû mal à envisager l’avenir. L’hôpital de jour mais quel mouroir… enfin c’est tranquille pépère. Trop même. Mais je n’ai pas envie d’y aller. Mon être entier rejette cette institution.

J’ai tellement envie de tout envoyer chier. De dire une bonne fois pour toutes FUCK à cette vie.

Ma soeur l’a fait et elle ne s’en porte pas plus mal. C’est une autre personne mais elle est venue pour les vacances de Noël et elle a décidé de ne plus revenir. En fait, elle a réalisé pour une obscure raison ce que je n’ai jamais pu faire.

Je sais très bien qu’on emporte ses problèmes avec soi mais la vie doit être plus agréable à des milliers de kilomètres de sa famille toxique qu’être imprégnée de celle-ci.

Et puis j’en ai marre d’être celle qui s’empêche de vivre pleinement sa vie. Dans deux semaines j’ai 26 ans et ce n’est certainement pas la vie que je veux avoir. Alors c’est à moi de la changer. En fait, ce qu’il me manque c’est quelqu’un qui me foute un bon coup de pied au cul pour que j’agisse pleinement.

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 réflexions sur “Doux avenir…

  1. Tu parles de ta soeur mais nous sommes tous différents. Tu as la volonté de t’en sortir, c’est déjà beaucoup. Tu as fait plein de pas déjà, il faut continuer, aller de l’avant. Tu peux en vouloir à ta mère, ne laisse juste pas la colère te consumer, et transforme cette colère en quelque chose de positif.

    De tout coeur avec toi.

  2. Tiens, je vais te le donner ton coup de pied! Non, je rigole. Je comprends tes sentiments vàv de ta mère car j’ai les mêmes vàv de la mienne et si la tienne est quelqu’un qui ne sait pas ce que veut dire se remettre en question, ça va être dur. L’objectif est d’accepter que ta mère est comme elle est et qu’elle ne changera pas mais ce n’est pas facile. Tu peux aussi t’éloigner d’eux géographiquement, sans être obligée, de partir à des milliers de km. C’est ce que j’ai fait et j’ai recommencé à vivre depuis. En fait, je me suis aperçue quand ne les voyant pas beaucoup, je m’éloignais également d’eux psychologiquement. Par contre, je ne sais pas si couper les ponts est la meilleure des solutions. En ce qui me concerne, je ne crois pas.
    Pour ce qui est d’aller mieux, c’est un pas à la fois. Tu dois vraiment bosser sur tes ruminations car honnêtement, elles ne te mènent nulle part …et l’hopital de jour, pourquoi t’obliger à y aller si c’est une torture pour toi? Je te le demande. Courage en tout cas

    1. Parce que se serait pire de rester chez moi sans rien faire. J’ai fait un pas en arrière, je pensais avoir accepter ma mère mais tout m’énerve chez elle.

Laisser un commentaire