Scarification and cie.

Scarification and cie.

Ce qui est chiant quand tu prends des médicaments, c’est que tu ne ressens plus de positif ou négatif. Tu es indifférent. Moi qui avait l’habitude de ressentir tout intensément, je suis à présent petit à petit neutre. C’est une drôle de sensation car tu/je n’ai pas envie d’être neutre, j’aime être dans l’extrême, je ne supporte pas les choses tièdes. Mais mais, il y a certaines pensées/pulsions qui attendent que je baisse ma garde, que je me laisse aller pour faire ce que certaines personnes savent déjà. Alors comment faire quand tu veux rester toi-même alors que tu ne peux pas, parce que ton toi-même malgré ses bonnes facettes (le bon et le mal, faire ce qui est juste) a cette maladie qui veut que tu te fasses du mal ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

9 réflexions sur “Scarification and cie.

  1. tout se régulera progressivement, les sensations reviendront, elles ne seront plus neutres, mais n’atteindront plus les extrêmes quand même. Mais ça demande du temps, il faut que le cerveau change son mode de fonctionnement et de pensées. Entre le moment où j’ai commencé le traitement et où ça s’est arrêté, il y a eu de sacrés bas et des pulsions. Et comme je disais l’autre fois sur instagram, j’ai appris à parler, à réagir autrement et je n’ai plus eu besoin de ce mode de fonctionnement. J’ai des hauts et des bas, mais les bas ne descendent plus autant dans les extrêmes à ce niveau-là en tout cas. Le tiède me plait, mais je mentirais si je disais que je l’ai ressenti tout de suite. C’était comme s’habituer à être autrement et ce n’est pas simple, mais tu y arriveras, je crois en toi <3

  2. On ne peut pas toujours vivre dans l’extrême, c’est mauvais pour soi et pour les autres (tu t’imagines avoir une vie de famille et te mettre en colère pour pas grand chose?). Tu prends tes médicaments pour un temps donné, même si actuellement tu ne sais pas combien de temps ça va durer. Et en principe, la dépression d’elle-même te rends moins extrême, plus “passive”. Alors bien sûr, tu ne dois pas être passive de ta vie, mais profiter de cette période plus calme pour trouver ta voie. Vivre dans l’extrême, c’est un peu comme tirer sur la corde, à force elle finit par lâcher. Et même si tu as 25 ans, en principe tu vas devenir plus mature et donc plus calme, plus posée, et te dire que finalement ça ne sert pas à grand chose d’être extrême. Accepte la maladie, accepte de l’aide, et peut-être revoie tes ambitions à la baisse pour un moment, tu pourras toujours suivre tes passions plus tard.

Laisser un commentaire