Envisager l’avenir.

Envisager l’avenir.

Je suis rentrée pour ce week-end et je dois dire que je suis fatiguée. Je me réveille tous les jours à 5h et c’est épuisant. J’ai vraiment dû mal à me dire que je suis malade.

Beaucoup d’avis divergent, mes potes à l’extérieur me disent que les médicaments c’est de la merde et ce n’est pas la solution. Je ne sais pas quoi penser parce que les médicaments m’ont permis, je pense, de ne pas faire une rechute mais en même temps les symptômes sont là.

Hier matin j’étais tellement en colère. J’avais même dans l’idée d’aller au Leclerc, prendre des médicaments et allez tous vous faire foutre. J’aimerai m’installer au plus vite à Strasbourg afin de faire une licence pro communication mais à la fois, j’ai peur.

Peur de ne pas avoir le suivi que j’ai où la vie où j’habite, peur de rechuter, peur d’être seule. Mais en même temps, j’ai toujours voulu retourner à Strasbourg. Le dilemme est là. Comment faire quand on est malade ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

8 réflexions sur “Envisager l’avenir.

  1. Pas facile de choisir.
    Clairement les médicaments aident un moment. Mais sur le long terme ils détruisent aussi. Etre suivie est essentiel pour aller mieux.
    On ne se sort pas des médicaments comme ça non plus.
    Je te souhaite du courage.

  2. Tes médicaments servent juste à retarder le problème et à te faire fondre le cerveau. Ça annihile complètement tes chakras, tes émotions, et ça évite que tu pète des câbles, mais le prendre ne règle AUCUNEMENT ton problème. Si j’étais toi, je travaillerais, j’économiserais de l’argent et je me prendrais un billet d’avion pour rencontrer des chamans d’Amazonie afin qu’ils te guérissent et qu’ils te montrent la voie.

  3. Oula c’est un sacré cocktail, surtout que si j’ai bien compris cyclothymique c’est l’un des symptômes de borderline (voire de la dépression), et quand j’étais sous AD et anxiolytiques ça avait calmé le côté borderline.

  4. Tout dépend pour quoi c’est les médocs. Si c’est pour la personnalité borderline je dirai d’éviter, et de suivre une thérapie à la place, si c’est pour ta dépression là oui ce sera bénéfique. Puis c’est juste le temps de ta dépression, quand tu sentiras que ça ira mieux tu pourras les arrêter. Si tu peux retourner à Stras, retournes-y, et si comme tu le dis tu vas faire une licence pro tu auras accès aux psy de l’université et tu pourras voir un psychiatre sans rendez-vous (si ça n’a pas changé depuis que j’y étais). Je comprends que ça te fasse peur, moi c’est pareil pour prendre rdv avec une assistante sociale et partir. On est trop brisée et surtout on n’a pas de soutien donc c’est plus compliqué. Mais Stras c’est une grande ville donc même si tu es seule tu devrais bien trouver le moyen de faire quelque chose pour t’occuper (sans oublier que l’université propose de faire pas mal d’activités sportives).

    J’ai envie de te conseiller un petit exercice (même si je l’ai déjà fait, je sais plus). En gros, tu prends une feuille, tu dessines 14 points l’un en dessous de l’autre. Tu te mets au calme, tu te vides la tête (au besoin concentre toi sur ta respiration et sur la feuille), puis sans réfléchir tu notes un mot qui te vient à chacun des points. Ensuite, tu regroupes les mots 2 par 2 et tu vois quel mot te vient à l’esprit, tu le notes, et tu continues comme ça jusqu’à ce que tu n’aies plus qu’un mot. Cela va t’aider à savoir quel problème tu rencontres. Je te garantis pas le résultat, je l’ai fait qu’une fois, et même si ce test a vu juste, moi j’ai pas bougé (la peur comme je disais avant). Mais ça ne te coûte pas grand chose d’essayer, et si t’es pas satisfaite du résultat, n’en tiens pas compte.

    1. Les médicaments c’est pour le côté borderline et cyclothymique, la dépression, l’anxiété. Je ne sais pas, j’ai tellement peur. Merci je vais essayer de le faire!

Laisser un commentaire