Ma soeur et moi.

Aujourd’hui, je suis allée à la piscine avec ma petite soeur et ma mère. -Si vous suivez mes folles aventures depuis longtemps, vous savez que j’ai 5 frères et soeurs, 3 soeurs et 2 frères. – Quand j’avais 15 ans ma soeur et moi étions très proches et je prenais sa défense, je lui faisais à manger le soir.

Elle a pleuré quand je suis partie à la faculté, elle me faisait toujours des dessins. Puis elle a grandi, à cesser d’être proche de moi. Nous ne partageons plus rien. La conversation a vite tourné court. Je dois avouer que ça ne m’attriste pas, je suis habituée à ne pas être proche de ma famille.

Je constate juste le grand écart qu’il y a entre mes potes et moi concernant la famille. Je connais deux paires de soeurs qui sont inséparables et qui sont très proches. Et je dois dire qu’encore une fois, j’aimerai aimé faire partie de ce genre de famille. On sait à quel point la famille constitue un socle refuge et constitue notre bien-être.

Je sais que mes ruminations ne sont pas bonnes mais je constate bien des choses résultent d’avoir eu des parents si bancales. Ma soeur en Angleterre ne donne pas des nouvelles, elle nous informe juste si elle a fait des crises d’épilepsie.

Je reste bloquée à ça et j’aimerai encore une fois de plus évoluer. J’aimerai que ça fasse partie de mon passé mais j’ai l’impression d’être bloquée dans un espace-temps. Les problématiques restent les mêmes. Je suis bloquée dans mon pensée.

Maintenant il faut pardonner mais comment faire en sachant que je ne suis plus dans la colère mais dans une phase d’acceptation ? Comment franchir enfin cette limite qui pèse sur moi ? Le livre de Gounelle m’a fait comprendre que j’étais faite de croyances : croyance que je n’y arriverai pas, croyance que je ne mérite pas mieux. Il temps d’évoluer!

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 commentaires

Laisser un commentaire

  1. ornellastro · juillet 26

    Comme tu dis, tu rumines, tu ne fais que t’appesantir sur les choses que tu n’as pas et que tu crois que les autres ont ! Or, méfie-toi de ce qu’on te dit. Les gens ne sont pas si heureux qu’ils le prétendent tout d’abord. Et ensuite, ils ont sans doute d’autres problèmes dont tu n’es pas informée.

    • Léonie SaintJean · juillet 26

      Tu as raison, merci pour cette pique de rappel!

  2. Latmospherique · juillet 26

    Tout est question de croyance, de jugement. On peut s’en affranchir mais cela prend du temps, il faut revoir tout le processus.
    Je connais tout type de familles, avec tout type de relations entre frères et sœurs. Jamais évident.
    Donne toi le temps du pardon, c’est long
    Grosses bises

    • Léonie SaintJean · juillet 26

      Tu as raison, c’est dommage que ça prenne autant de temps ! Gros bisous