Et maintenant ?

Et maintenant ?

J’ai passé ma journée à naviguer entre le médecin, le CMP, je suis même allée aux urgences quand un psychiatre m’a appelé. Voilà où j’en suis, j’ai vu ledit psychiatre et j’ai accepté le tercian et l’alprazolam a testé.

Ça me fait du bien qu’il me fasse confiance. Je teste et je vois les effets. Pas de médication à fond, pas de “c’est normal que ça sédate”. Je déteste prendre ses saloperies. Le traitement que j’avais eu après ma TS me robotisait.

Je n’étais plus moi-même. J’estime que les médicaments endorment plus les émotions qu’ils ne règlent le fond du problème. Je ne peux pas m’empêcher d’avoir un sentiment d’échec. Je fais finalement partie des statistiques.

J’en emmagasiné trop d’émotions et paf! j’ai failli replonger totalement. Je vois ma CIP jeudi et il est évident que je vais casser mon contrat. Il est évident que je ne serai pas CIP ou que je vais travailler dans le social.

J’aimerai terminer au mois de juillet, terminer l’année scolaire avec les jeunes mais je ne sais pas si j’y arriverai psychologiquement. Je me sens vidée émotionnellement. Je sais que tout a un sens et j’espère que les jours meilleurs arriveront bientôt.

Je me pose également des questions comme Ditwan sur la maternité et même sur le couple. Je ne veux pas devenir une personne malade à porter. Je ne veux pas être sauvée par ma femme ou par mon enfant.

Je comprends pas comment j’ai pu redescendre à ce point même si tout est plus complexe qu’en 2016. Je suis déçue tout de même mais le programme va consister cette semaine à prendre soin de moi. Je vais avoir 25 ans le 2 mars et je refuse que ma vie ressemble à cet état dépressif et anxieux.

Rendez-vous sur Hellocoton !

12 réflexions sur “Et maintenant ?

  1. Ca demande beaucoup de temps de souder à nouveau toutes les parties du cerveau fragmentées, mais tu vas y arriver, ce n’est pas un échec, regarde derrière toi ce que tu as réalisé depuis la TS et sois fière de chaque victoire <3 Ca va aller mieux au fil du temps, mais ce serait trop beau si c'était si rapide. Il faut laisser le temps aux bonnes choses de faire leur route entre les neurones ^^ courage, prends soin de toi

    1. Merci Delphine, je crois qu’effectivement l’indulgence et l’amour de soi sont primordiales dans ce genre de situations. Bisous!

  2. la volonté d’avancer et de se sentir bien est présenté, c’est à mon avis le plus important,
    le temps est le plus complexe à gérer, il faut arriver à ne pas rester sur le négatif et garder entière ses émotions

  3. Je crois qu’en l’état actuel des choses les rechutes sont tout à fait normales. On ne va pas mieux d’un coup de baguette magique.
    Tu te donnes les moyens de t’en sortir Léonie, tu vas y arriver.
    Grosses bises et prends bien soin de toi en attendant de retrouver moral et énergie.

    1. Mais je ne comprends pas car tout est mieux dans ma vie…
      Oui je sais bien, j’ai mis un peu près 1 an à remonter la pente après ma TS mais c’est décevant. Même si je suis fière de moi, je me croyais plus forte.
      Merci Marie et oui sans nuage on ne voit pas de lumière! 🙂

      1. Tout est mieux mais récent quand même. Je sais, d’expérience que le facteur temps est compliqué à intégrer.
        Tu es forte, pas comme tu le voudrais peut-être, mais tu l’es. Sinon tu n’aurais pas demander de l’aide.
        Plein de courage ma belle.

  4. Alprazolam j’ai eu, mais je me souviens plus si c’est le 1er ou le 2e, parce qu’il me faisait pas mal planner pendant mon sommeil (si c’est le 1er que j’ai eu). Sinon, non, les médicaments ne sont pas là pour régler le fond du problème mais pour aider à tenir le coup.
    C’est triste de te lire, mais je suis sure que c’est juste un passage à vide, il faut juste que tu te refermes pas sur toi. Comme tu dis, tu as besoin de t’occuper de toi, de prendre du temps pour toi, pouvoir faire le point, véritablement.
    Essaie de pas trop te mettre la pression. 25 ans, c’est jeune et tu as déjà fait beaucoup de chemin. Moi j’en ai 30 et j’en suis au même point que toi, voire même moins. Par contre, j’en suis arrivée au stade où je m’en fou royalement de faire un boulot qui me “plaise”. J’irai pas faire tout et n’importe quoi, mais faire un boulot relativement pépère (genre préparatrice de commande pour les drive de certaines enseignes). J’ai pas envie de me prendre la tête en ce moment, je veux juste pouvoir gagner des sous et me payer des trucs sans être là à me demander si c’est bien raisonnable/utile. Pouvoir me faire de petits week-end et espérer ravoir une “personnalité” normale (le genre de truc auquel je crois moyennement).
    Courage !

    1. Une personnalité normale c’est quoi pour toi ? J’ai surtout besoin d’être bien, d’avancer dans la vie et d’être heureuse …

Laisser un commentaire