La liberté d’être soi, qu’est-ce que ça signifie réellement ?

La liberté d’être soi, qu’est-ce que ça signifie réellement ?

Comme je vous l’ai écrit dans mon précédent article j’ai vu ma sœur hier soir. Elle semble plutôt satisfaite de sa vie et m’a expliqué qu’elle ne comprenait pas les gens qui ne voyageaient pas. Je dois vous avouer que oui, mille fois oui, je me suis prise à rêver de tout plaquer, obtenir mon PVT au Canada et ne jamais revenir.

Mais je ne sais pas réellement qui je suis ! En fin d’après-midi hier, j’en venais à la conclusion que j’aime aider les gens et que je dois continuer dans ce domaine et le soir même j’ai l’impression que j’aide les gens en réalité parce que j’ai une dette envers mon père.

Qu’est-ce que la liberté d’être soi ? S’accoutumer de cette société capitaliste, trouver un métier dont on pourra supporter comme charge et vivre quelques moments d’évasion ? Ou être totalement libre, voyager partout ? Est-ce que le voyage permet-il vraiment de se trouver ? Bien sûr, j’ai passé un an loin de ma famille et de ma ville natale et ça m’a permis de me découvrir un peu mais je pense qu’il me manque quelque chose.

Mais est-ce que le voyage permet-il vraiment de panser ses blessures ? Ne voyage-t-on pas pour fuir ? Et peut-être que cet article n’est qu’une excuse de mon mental pour justement ne pas sauter le pas. Mon hypnothérapeute m’a dit que l’être humain est un diamant et son but est de me faire découvrir les multi-facettes de mon diamant. Alors suis-je tout cela à la fois ?

J’ai l’impression de redevenir cette nana d’avant, celle qui n’aimait pas la routine et qui avait besoin de sensations fortes pour vibrer.

Tout compte fait est-ce que liberté d’être soi n’est pas illusoire puisque nous sommes tous conditionnés par la société et notre entourage ? Ou alors peut-être que la vraie liberté est d’accepter cette part de conditionnements plus au moins consciente et d’en faire quelque chose qui nous satisfasse ?

Mais comment savoir ce qui nous satisfait vraiment puisque la question demeure : qu’est-ce que la liberté d’être soi ? Je veux me libérer de mes chaînes. Et vous, qui êtes-vous ? Comment s’exprime la liberté d’être vous-mêmes ? Bon dimanche.

Rendez-vous sur Hellocoton !

16 réflexions sur “La liberté d’être soi, qu’est-ce que ça signifie réellement ?

  1. Je ne suis pas sûre que l’expression juste soit que l’on ait conditionné par la société et notre entourage, par contre on réagit en fonction de ça. Je m’explique : on a tous, de base, un caractère différent. Mets deux enfants en même temps, nés le même jour, des mêmes parents, dans la même famille, fais leur regarder au même moment de leur vie les même films, écouter les mêmes chansons, aller dans les mêmes écoles avec les mêmes camarades de classe, etc., etc., etc. et à la fin tu verras que tu obtiendras quand même, malgré tout, malgré la société identique et la famille identique, des gens différents, parce que même si d’un point de vue extérieur les expériences auront été identiques, d’un point de vue interne, intime, elles auront été différentes parce que ces deux enfants n’en auront pas retiré la même chose. Donc je ne crois pas que nous soyons “conditionné” par la société et notre entourage, par contre il est clair que les expériences vécues influent sur nous et que nous ne réagissons pas de la même manière avec tous nos amis, avec notre famille… par exemple il n’y a que deux amies qui savent que j’ai un blog, mais elles n’en connaissent pas l’adresse, je n’ai pas franchi ce pas. Et les autres personnes ne savent pas que j’écris sur un blog. Il y a peu j’ai dû sauter d’un train en marche (qui roulait au pas, faut pas pousser xD) et je ne l’ai pas dit à tout le monde, j’ai fait une ellipse et sauté ce moment dans nombre de récits de mon retour chez mes parents pour les vacances. Pour ne pas pousser la vulnérabilité jusqu’à le dire, parce que je déteste me sentir vulnérable. Par contre je l’ai dit à deux amies.

    Je crois que la liberté d’être soi c’est la liberté de réagir comme on le veut face à qui on le veut. Mentir, ne pas tout dire de soi, c’est aussi être soi, car nos mensonges disent de nous, je pense : les conditions dans lesquelles on ment, le genre de mensonge (par omission ou non) ; ce que l’on cache aux autres dit de nous. Je pense que la liberté d’être soi c’est la liberté de ne pas réagir ou agir en fonction des autres de manière systématique. Soit par peur de blesser, d’énerver, d’une dispute, etc. C’est aussi la liberté de choisir quelle facette du diamant on montre à quelles personnes.

    Pour finir, sur le voyage, je ne pense pas que le voyage soit une fuite, je pense que c’est une découverte, une aventure. Ceci dit je pense que ça peut aussi être une fuite, tout dépend de l’état d’esprit (surtout s’il est envisagé sans retour !). Pour moi le voyage c’est une recherche, pas une recherche du savoir, ou de rencontres (même si ça peut l’être d’une manière secondaire) mais d’abord une recherche de soi, d’identité.

    1. Je ne suis pas d’accord et je pense que l’on est totalement influencée par notre entourage et la société et que d’un point de vue psychologique beaucoup de choses font ce que nous sommes ^^

      Concernant le reste je comprends ton raisonnement ^^

      1. Je ne dis pas que nous ne sommes pas influencé (puisque nous agissons en réaction et non en action et surtout que, au-delà du caractère, effectivement vivre avec des parents différents, dans des religions différentes par exemple, fait des gens différents) mais je dis que nous ne sommes pas conditionnés.

          1. En allant voir les définitions il semblerait que le conditionnement soit un “assujettissement” là où l’influence est juste un “agissement sur (la volonté, les opinions, etc.)”. Du coup… oui, on pourrait considérer que l’influence est une forme de conditionnement, mais un conditionnement doux duquel tu peux t’extraire, alors que le conditionnement c’est du lavage de cerveau et ça tu ne peux pas t’en extraire. Donc je maintiens mon idée selon laquelle la société nous influence et pas nous conditionne.

  2. Hello ! Ce n’est pas en lien avec ce superbe article mais je viens de faire ma toute première épilation laser du visage et je me demandais comment tu avais fait entre chaque séance… Mon dermatologue m’a dit de ne rien faire à mes poils jusqu’à la prochaine séance et je ne sais pas comment je vais faire ! Je m’épile tous les jours à la pince (bien obligé malheureusement !), d’ici quelque temps je sais que mes très chers amis les poils vont repointer le bout de leur nez et je ne sais pas comment je vais réagir : j’ai peur de tout gâcher en épilant de nouveau mais la perspective de sortir dehors en piquant me fait d’autant plus peur… Bref comment cela s’est-il passé pour toi ? Gros bisous !

        1. Oui comme expliquée sur le commentaire d’avant. D’ailleurs tu aurais dû le faire avant ta première séance au laser. J’ai passé trois semaines/1 mois à me raser les poils du visage avant ma première séance pour que la destruction du bulbe soit maximale. Etonnant que dans ton centre, ça ne soit pas le cas.

  3. Je dirai que la liberté d’être soi c’est le fait d’écouter son coeur, faire ce qui nous plaît, ou ce qu’on croit aimer, ou ce qu’on croit supporter. Il y a des gens qui n’ont jamais quitté leur région, ou très rarement, et à qui ça convient parfaitement, et c’est pas une question de moyens. Le voyage n’est pas une fuite parce que c’est presque impossible de sortir du système. Par contre, c’est une pause dans le quotidien, ça permet de s’évader, et généralement de ne pas penser à ses problèmes (par voyage, j’entends le fait de découvrir au maximum un endroit, pas de passer le plus clair de son temps à la plage). Puis je pense que c’est pas donné à tout le monde de vivre pleinement un voyage, c’est un état d’esprit je dirai.

  4. Beaucoup de questions très justes. Je crois qu’on se découvre au fil du temps et comme nous évoluons au cours d’une vie, les notions de “liberté”, “identité” évoluent aussi.
    Etre soi c’est être en accord avec ses ressentis, émotions, choix. La liberté totale ressemble à l’anarchie, certains peuvent se le permettre, d’autres pas. Pour ma part, la liberté tient à une certaine forme d’équilibre.
    Pour ce qui est de l’aide, peut-être que c’est lié à ton père (sûrement), mais aussi que tu es faite pour ça. Ecoute ton cœur, ton intuition.
    Bonne soirée!

      1. Les anarchistes sont ceux qui vivent en dehors de la société, qui ne lui laissent aucune prise sur leur vie, qui s’affranchissent de tout. L’idée est belle, dans les faits c’est plus compliqué je pense.

Laisser un commentaire